Que penser du programme du Parti Conservateur du Québec?

September 4, 2013 § Leave a comment

Après 50 ans de “révolution tranquille”, de social-démocratie, d’endoctrinement, de progressisme et d’aggravation du cancer marxiste, il nous apparaît clairement que la société québécoise de 2013 est en ruine, aussi bien physiquement que moralement. Nous vivons actuellement  la “Guerre de tous contre tous” et les membres des différentes catégories ou classes (les “femmes”, les “jeunes”, les “gays”, etc.) sont tous chauffés à blanc contre le soi-disant establishment. Nous l’avons constaté au Printemps 2012, avec l’horrible épisode des Carré rouges. La société québécoise moderne est de plus en plus complexe et les approches à courte vue, de type ‘Liste d’épicerie” sont devenues, à mon humble avis, insuffisantes.

Il ne faut pas réinventer la roue, certes, mais avant de proposer ou d’élaborer une plate-forme politique, il faut s’entendre, en amont, sur les principes et les valeurs. Le Québec est une société en mutation. Il faut s’opposer au solidarisme et à la marxisation et nous savons tous que la méthode libertarienne-conservatrice fondée sur les libertés civiles, les libertés économiques, les droits naturels, ainsi que sur les principes de souveraineté individuelle, de non-agression et de propriété privée tout en étant ancrée dans nos traditions juridiques, familiales, morales, culturelles, constitue la base sur laquelle nous devons nous appuyer pour avancer.

Je ne vois pas grand chose, non plus, sur les grands principes libertariens et conservateurs dans le programme du PCQ. Je ne vois que de l’adéquisme-progressiste remis au goût du jour. Nous restons donc toujours dans le centre-mou.

Avant d’affirmer qu’il faille “réduire la taille de l’État”, ce qui est en soi une évidence, il faut d’abord analyser et comprendre les causes de l’obésité de cet État québécois. Pour en finir avec l’État-obèse, il faut d’abord s’entendre et proclamer le principe de la séparation de la santé de l’État, celui de la séparation de l’éducation, de la culture ainsi que de la morale de l’État, il faut séparer la science, la recherche et le savoir de l’État. Il n’y a pas que la religion qui doit être séparée de l’État. Par conséquent, il faut procéder à une véritable guerre de libération: il importe de séparer la famille de l’État, il faut libérer l’école, la santé, les arts et la science de l’emprise coercitive de l’État.

Enfin, il faut réaliser que la nouvelle richesse provient de la connaissance et de la créativité. Ici aussi, je ne vois rien sur ce sujet dans le projet du PCQ. Pourtant, nous sommes en 2013.

Sans tomber dans l’écofascisme, il faut aussi admettre qu’il est devenu nécessaire de repenser le rapport de l’homme avec son milieu. Il n’y a rien de consistant sur ce sujet dans le programme du PCQ.

J.A.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

What’s this?

You are currently reading Que penser du programme du Parti Conservateur du Québec? at James Arthur.

meta

%d bloggers like this: