Le “droit-à” l’euthanasie est-il compatible avec une société libertarienne?

September 5, 2013 § Leave a comment

Il y a quelques jours, le gouvernement péquiste a déposé un projet de loi sur “L‘aide médicale à mourir”. L’euthanasie est au centre de ce projet de loi et un de ses éléments essentiels consiste justement à proposer des “balises” et un “encadrement” pour un nouveau droit à l’euthanasie rebaptisée, pour les besoins du marketing politique, le “droit-à-mourir-dans-la-dignité”.

Dans un récent débat dans les pages de La Presse, Adrien Pouliot s’est prononcé en faveur de ce nouveau “droit-à-mourir-dans la dignité”. Or, selon moi, une telle position est strictement incompatible avec les principes fondamentaux qui sont à la base de la droite libertarienne ou conservatrice-libertarienne et c’est que je veux démontrer dans ce court article.

http://www.lapresse.ca/debats/debat-du-jour/201306/13/01-4661056-etes-vous-daccord-avec-laide-medicale-a-mourir-.php

Le problème que pose l’introduction de ce nouveau droit est le suivant: ce “droit-à-mourir-dans-la-dignité” vient s’ajouter à la longue et lourde liste de “droits-créances” (ou “droits-à”) qui sont l’héritage (et l’ADN) de l’État-Providence. Ces “droits-créances” peuvent être aussi appelés “droits sociaux”. Parmi ces droits-créances, mentionnons le droit au logement, le droit au travail, le droit au repos, le droit à l’éducation, le droit à des garderies (quasi-) gratuites, le droit à la syndicalisation, le droit à la sécurité alimentaire, le droit à la santé, le droit à  ceci et à cela….Ces “droits-à” se fondent donc sur une logique d’intervention étatique. Ces “droits sociaux” sont la base du socialisme.

La multiplication infernale de ces “droits-à”, dont le seul créancier possible est l’État, est l’essence même de la cancérisation marxiste de notre société et le principal justificatif de l’installation d’un État-Providence qui ne cesse de prendre de l’expansion.

Ces “droits-créances” s’opposent aux “droits-libertés” -c’est-à-dire les droits civils et politiques fondamentaux proclamés par les Déclarations de l’indépendance américaine ou encore celle de 1789. Ces droits-libertés sont les “droits de”: liberté d’opinion et de conscience, droit de propriété, droit de vote, liberté de circulation… Dans l’esprit et la lettre de la constitution américaine, le rôle de l’État est clair et il est confiné à favoriser et protéger l’exercice des libertés individuelles.

Par contre, dans le contexte de l’État-Providence et des droits sociaux, il ne s’agit plus seulement de protéger des libertés individuelles mais il faut maintenant fournir des prestations aux individus: ces droits-créances correspondent à des obligations de faire de l’État parce que seul l’État a les ressources, les moyens et la capacité de répondre à tous ces nouveaux besoins. L’individu est donc fondé, en droit, de revendiquer et d’exiger de l’État qu’il respecte ses nouveaux “droits”. Les “droits sociaux” sont (et ont été) la clé de voûte légale de la construction de l’État-Providence. Plus on veut des “droits-à”, plus l’État grossit et plus il envahit et parasite nos vies. La relation de cause à effet est claire et directe. Tu veux la santé gratuite?… l’éducation gratuite?…des garderies gratuites ou des allocations de toutes sortes?? Alors, tu dois accepter ce qui vient avec, soit l’intrusion bureaucratique dans ta vie et le fait de ne travailler que pour payer des impôts et des taxes .

Il faut reconnaître que cette stratégie des “droits sociaux” conduisant à l’État-Providence a été un succès foudroyant et constitue, de fait, la grande révolution socialiste du XXè siècle.

De nos jours, cette invasion métastatique de l’État dans nos vies privées se poursuit toujours insidieusement. L’institution d’un nouveau “droit-à-mourir-dans-la-dignité”, dans lequel l’individu donne à l’État un droit de vie ou de mort sur sa propre personne et rend l’État responsable d’encadrer et d’opérationnaliser ce droit, constitue un autre pas dans cette direction. Pour nous, partisans de la droite libertarienne, nous avons le devoir de nous opposer à ces intrusions de plus en plus brutales de l’État et des corporations médicales dans nos vies intimes.

Avec ce nouveau “Droit-à l’euthanasie“, l’État va assurément créer un “Office du mourir dans la dignité”, avec ses panoplies de commissions, ses commissaires, ses comités, ses gestionnaires, ses intervenantes, ses agents, ses conseillers, ses spécialistes du mourir, etc. La bureaucratie va encore croître.  Je prédis que nous allons même voir au Québec ces ‘Death Panels‘ prophétisés par Sarah Palin.

  • Nous devons cesser d’être complice de l’État-Providence et nous devons lutter contre toutes ces mesures liberticides. Nous devons lutter contre la confiscation de notre liberté. Cessons d’être les pions de l’État-Providence.

De tout temps, les libéraux classiques et les libertariens ont basé leurs règles de vie sur le principe du Gouvernement de soi-même, certes. Par contre, en se prononçant en faveur de ce nouveau droit et de son inscription dans la logique de l’État-Providence et ses mécanismes bureaucratique et liberticide, mon opinion est qu’Adrien Pouliot “déraille” et s’aligne sur ces stupides partis que sont la CAQ, le PQ ou le PLQ. Au mieux, la position. Un aspect secondaire

Au mieux, la seule position libertarienne/libérale cohérente pour M. Pouliot aurait été celle d’être en faveur de la décriminalisation de l’euthanasie  et non pas celle du “droit-à-l’euthanasie” avec l’État-Providence dans le rôle de débiteur de ce droit.

Un “droit-à-l’euthanasie” permet au citoyen-créancier de revendiquer de l’État-débiteur l’exécution d’une obligation de fournir ce droit. C’est la porte ouverte vers encore plus d’État… et ce n’est pas du tout ce que nous voulons. Il serait bien que le PCQ commence à comprendre la ‘game’ du progressisme et du socialisme.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

What’s this?

You are currently reading Le “droit-à” l’euthanasie est-il compatible avec une société libertarienne? at James Arthur.

meta

%d bloggers like this: